Pâté aux prunes angevin

Rédigé par Mel. Classé dans Desserts

L’heure est grave ! Il faut qu’on parle … du pâté aux prunes angevin ! Mais quel nom peu flatteur me direz-vous ! Que peut donc bien être cette … chose ? Un truc bourratif à la viande et aux prunes ? Yerk, non ! Figurez-vous que cette petite douceur, au nom peu engageant je vous l’accorde, est un dessert qu’on ne trouve que dans la région angevine, dont je suis originaire, et seulement à cette période de l’année. Ca fait beaucoup de conditions à réunir pour ne pas avoir eu l’occasion de le goûter, certes, mais je suis là pour vous aider à remédier à ça ! (mais qu’elle est sympaaaaaa !)

Une fois encore, cette petite merveille à l’appellation un peu barbare est d’une simplicité sans nom. Des prunes enfermées dans une sorte de tourte et cuites dans leur jus. C’est tout ?!? (si, si je vois bien que vous êtes sceptiques). Eh ben oui c’est tout. Mais c’est suffisant pour vous retourner les papilles. Chez nous ça frise l’hystérie quand la boulangerie est en rupture et que le pâté en question ne vient pas terminer en beauté le déjeuner dominical. En même temps, on a que 2 mois pour en profiter et 10 mois à attendre avant que la saison des prunes ne revienne. C’est une raison plus que suffisante pour ne laisser passer aucune occasion de se jeter dessus quand il y en a.

Mais elle va se taire et nous la donner la recette de son pâté soi-disant EXTRAordinaire !?! C’est bon, c’est bon, j’y viens … Pfffff … Si on ne peut plus se laisser aller à quelques envolées lyriques …

J’ai tâtonné un moment avant de trouver la recette qui se rapproche le plus du pâté aux prunes qu’on déguste du côté d’Angers et ça y est, je crois que je la tiens ! De l’avis de Monsieur Vegaz en tout cas, on est bon !

Pâté aux prunes angevin :

Pour 6/8 personnes :

Pour la pâte :

  • 500 g de farine
  • 100 g de sucre en poudre
  • 200 g de beurre
  • 1 oeuf
  • 125 g d’eau (j’en ai mis moins. J’ai dosé au fur et à mesure du pétrissage de la pâte pour qu’elle devienne pas trop collante)

Pour la garniture :

  • 1,3 kg de prunes Reine Claude environ
  • 50 g de sucre en poudre (plus ou moins selon que les prunes ont déjà un goût sucré)

Préparer la pâte :

Mélanger la farine, le sucre, le beurre ramolli, l’oeuf et l’eau. Laisser reposer au frais pendant 1 heure.

Préchauffer le four à 180°C.

Séparer la pâte en deux morceaux inégaux. Etendre le plus gros morceau au rouleau à pâtisserie et en garnir un moule à tarte recouvert de papier sulfurisé. Laisser la pâte dépasser du bord de quelques centimètres. Saupoudrer le fond de tarte d’un peu de sucre et y disposer les prunes entières (Il ne faut pas les dénoyauter. Loin de moi l’idée de vous donner des ordres mais c’est ce qui donne du goût à ce qu’on m’a dit. Et moi en gentille fille bête et disciplinée, je fais ce qu’on me dit).

Saupoudrer les prunes avec le reste de sucre. Etaler le reste de pâte et en recouvrir les prunes. Rabattre le fond de pâte par dessus la pâte du dessus et bien souder les deux morceaux (à l’eau chaude pour que ça adhère bien) afin que la cuisson soit homogène.

Former une petite cheminée de 2 à 3 cm sur le morceau de pâte du dessus. Badigeonner avec un jaune d’oeuf dilué dans un peu d’eau. Mettre à cuire dans le four préchauffé à 180°C pendant 1 heure environ. En cours de cuisson, badigeonner la pâte avec le jus rendu par les prunes, ça fera colorer la pâte et lui donnera un bon goût sucré.

(Petit aperçu avant la cuisson)

Déguster une fois refroidi. Et là, vous pouvez constater qu’on est pas des manchots question pâtisserie du côté d’Angers !  >.<

Allez, je vous laisse vous régaler …

Trackback depuis votre site.

Commentaires (1)

  • Michel

    |

    Merci pour cette très belle recette qui reflète bien notre région gourmande.
    Michel

    Répondre

Laisser un commentaire